DANS 10 ANS QUI ASSURERA LE VERSEMENT DE NOS PENSIONS SI LES CAISSES SERVENT A PAYER LES "MORTS"

Publié le par Moi

COMMENT L'ALGÉRIE FABRIQUE-T-ELLE DES CENTENAIRES ?
> >
>
> > > Savez-vous que l'on vit plus vieux en Algérie que partout ailleurs dans le
> > > monde ?
> > >
> > > > C'est l'intéressante découverte faite par la Cour des comptes qui, en
> > > épluchant les comptes de la CNAV (caisse nationale d'assurances vieillesse),
> > > l'organisme qui paye les retraites a constaté que le nombre de retraités
> > > centenaires algériens était particulièrement important. Il était même
> > > supérieur au total des centenaires recensés par l'état-civil en Algérie.
> > >
> > > > Rolande Ruellan, présidente de la 6e chambre de la Cour des comptes qui a
> > > présenté le 9 juillet dernier un rapport sur la fraude sociale devant une
> > > commission parlementaire reconnait le problème : « Il y a des retraités qui
> > > ne meurent plus dans les pays étrangers » dit-elle, insistant, en
> > > particulier, sur le nombre de retraités centenaires algériens.
> > >
> > > > Pourquoi ? Comment ? C'est ce qu'a tenté de savoir la commission. « Il
> > > suffit de ne pas déclarer à la caisse de retraite le décès de l '
> > > ayant-droit » précise la magistrate. « Mais il n'y a pas de contrôle ? » s
> > > étonne un membre de la commission. « En Algérie nous n'en avons pas les
> > > moyens. Il faudrait mettre des contrôleurs itinérants dans tous les pays. Ce
> > > n'est pas évident ! » , souligne-t-elle. C'est ainsi que les algériens
> > > bi-nationaux, ayant travaillé en France deviennent immortels à partir du
> > > moment où ils se retirent en Algérie pour leur retraite. Ce sont leurs
> > > enfants, voire leurs petits-enfants qui continuent à percevoir la pension de
> > > retraite, bien après leur décès. Et il ne faut évidemment pas compter sur
> > > les autorités algériennes pour faire la chasse aux fraudeurs.
> > >
> > > > On peut s'étonner, tout de même, qu'un organisme comme la CNAV qui verse
> > > chaque année 4 milliards d'euros de retraite à l'étranger, dont 1 milliard
> > > pour l'Algérie, ne soit pas en mesure d'effectuer un minimum de
> > > vérifications, soit en demandant, tous les deux ans par exemple, aux
> > > bénéficiaires de donner une preuve de leur existence - comme cela se fait en
> > > France pour les professions libérales, notamment. Soit, en les invitant à se
> > > présenter dans les consulats de France pour percevoir leurs pensions.
> > >
> > > > Alors que le dossier des retraites est au c½ur des préoccupations des
> > > Français, il serait bon que nos gouvernants se penchent aussi sur cette
> > > question.
> > >
> > > > Et en plus on a l'impudence de se féliciter de notre taux record de
> > > natalité

Commenter cet article