Dominique Baudis en lice pour le titre du super dhimmi 2011 !

Publié le par Moi

domi_nique_baudis.jpg

Notre Dame de Paris vue de l’IMA

A son actif:

1) Il a initié le processus d’islamisation forcée de Toulouse quand il était maire de 1983 à 2000. Il n’est plus le maire mais il y fait encore la pluie et le beau temps et garde la haute main sur les troupes de l’UMP dans la ville rose verte. Actuellement 5 mosquées en projet ou construites. Merci monsieur Baudis.

2) En tant que serviteur zélé de l’islam en France le pouvoir l’a nommé ou fait nommé à la tête de l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité) le 12 octobre 2010 quelques semaines (bizarre non?) avant que ne débute la campagne nationale contre l’abattage rituel de Brigitte Bardot (10 novembre 2010) et ses amis ce qui lui a permis de saboter cette campagne en refusant les 2 visuels prévus pour cette campagne. Une action SITA http://sitasecure.wordpress.com/2010/11/10/halal-brigitte-bardot-tient-parole-et-lance-un-grand-mouvement-dopinion-avec-8-organisations/ a été lancée pour dénoncer le 2 poids 2 mesures de l’ARPP (campagne « fièrement halal », oui super mais campagne Brigitte Bardot, non c’est berk) et l’ARPP a dû recevoir beaucoup de courriers SITA de protestation car elle s’est cru obligée de publier ce communiqué http://www.arpp-pub.org/campagne-abattagerituel-com.html qu’une secrétaire missionnée pour cela a mis en commentaire partout où il était fait état de la campagne contre l’abattage rituel comme ici http://www.lepost.fr/article/2011/01/10/2365575_action-citoyenne-demander-l-annulation-de-la-derogation-permettant-l-abattage-rituel_1_0_1.html. Dans ce communiqué l’ARPP, la main sur le coeur, jure ses grands dieux qu’elle n’avait pas demandé d’ôter les mots « halal » et « casher » des visuels recalés. C’est de l’enfumage car les gens savent très bien de quoi on parle quand on lit « abattage rituel » (permis par l’ARPP) il s’agit bien évidemment de l’abattage halal ou casher (refusé par l’ARPP pour les premiers visiuels). Alors pourquoi avoir censuré les premiers visuels mentionnant les abattages halal et casher pour accepter ensuite la mention abattage rituel ce qui revient rigoureusement au même. Mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté de BB, l’OABA et des autres qui ont finalement obtenu un agrément contraint et forcé de l’ARPP pour un nouveau visuel sous la pression de l’opinion. La campagne a ainsi pu débuter le 4 janvier 2011 avec quelques semaines de retard. Rappelons que Dominique Baudis dirige aussi l’institut du monde arabe (IMA) depuis février 2007 et qu’il est membre de la délégation pour les relations avec les pays du Mashrek (Egypte, Jordanie, Liban, et Syrie ) et de la délégation à l’Assemblée Parlementaire euro-méditerranéenne. Il est l’époux de la journaliste et écrivain franco-algérienne Ysabel Saîah-baudis. Si vous voyez un rapport quelconque entre ces 2 nominations à l’IMA et à l’ARPP c’est que vous avez vraiment l’esprit mal tourné!

Source : http://sitavirus.wordpress.com/2011/01/14/dominique-baudis-en-lice-pour-le-titre-du-super-dhimmi-2011/

Dans la suite, empruntée au site observatoire de l’islamisation, on trouvera un florilège de ce que, de fait, le dhimmi accompli Dominique Baudis cautionne en tant que dirigeant de l’IMA à savoir le jihad et la charia

Les grands classiques du droit islamique à l’Institut du Monde Arabe : le sens du Jihâd

 

Dominique Baudis, au sommet de l’Institut du Monde Arabe…

Pour comprendre le Jihâd en phase de revitalisation, nous republions cette enquête de septembre 2007 exposant des morceaux choisis d’ouvrages présents à la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe. En l’occurence les traités de droit musulman, disponibles dans toutes les bibliothèques musulmanes, appellant au Jihâd contre ceux qui refusent de se convertir ou de se soumettre à l’Odre islamique. Qu’en pense Dominique Baudis (UMP) qui préside l’IMA ? Nous doutons qu’il ait lu les livres de la bibliothèque dont il est responsable…Nous attendons sa réaction, sans quoi nous lancerons une pétition pour fermer l’Institut du Monde Arabe, temple de l’islamisme en plein Paris.

1- La Risâla d’Al Qayrawânî

La Risâla (L’Epître), d’Ibn Abî Zayd Al-Qayrawânî, est l’épître de référence chez les sunnites de rite malékite. Le rite malékite est officiel au Maroc et en Algérie, majoritaire en Tunisie et au Sénégal. Voir à ce titre la présentation de Al-Qayrawânî par le Ministère des Habous et des Affaires Islamiques marocain. Le rite malékite a été choisi par l’Institut de théologie de la Grande Mosquée de Paris, et les milliers de pratiquants en France, issus du Maghreb, suivent les prescriptions des « Savants » de cette école juridique.

Considéré comme « L’Islam du juste milieu » le malékisme, pratiqué intégralement, est aussi dangereux que le Wahhabisme saoudien.

Concernant le jîhâd voir la photo du chapitre 30, page 85, issu de l’exemplaire de l’Institut du Monde Arabe édité par l’Office des Publications Universitaires, Alger (code bibliothèque 244.221 IBN A). Si les « infidèles » refusent l’ « invitation » (le fameux appel) à embrasser l’islam, ou le statut de dhimmi, ils doivent être combattus par les armes :

2- La Risâla de l’imâm Ash-Shâfî

 L’imâm Ash-Shâfi (767-820), est le fondateur de l’école chaféite. Contemporain et élève de l’imâm Malik Ibn Anas (710-795), fondateur de l’école malékite, les différences des deux écoles sont donc minimes, et relèvent plus de différences d’ordre méthodologiques que de divergences sur le fond de la charia. Le chaféisme restreint la place du jugement personnel (ray’) ainsi que le recours à l’analogie (qiyas) pour juger du comportement présent, par rapport aux situations analogues trouvées dans les traditions (Hadith) fournissant les solutions jurisprudentielles. Le Chaféisme fut l’école officielle du Califat abbasside (750-1258). Il est pratiqué en Indonésie, Thaïlande, aux Comores, aux Philippines et en Inde et est religion d’État au Brunei Darussalam et en Malaisie.

L’ouvrage majeur de Shâfi est sa Risâla. La traduction française de Lakhdar Souami chez Actes Sud est disponible à la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe sous la référence 244.231.SAF.

Ouvrage beaucoup plus volumineux que la Risâla de Al-Qayrawânî (qui est elle une simple synthèse à destination du peuple), la partie consacrée au jihâd est argumentée par de nombreuses citations du Coran et des Hadith, les deux sources du droit.

Bien d’autres ouvrages prônant la guerre offensive sont disponibles aussi bien à la bibliothèque qu’à la librairie de l’Institut. Nous avons des preuves vidéos en plus des scans d’au moins 4 ouvrages de référence. Tout cela est à la disposition de la justice française… On mesurera toute l’inanité des propagandistes qui essayent de faire passer le jihâd comme un simple recours de légitime défense ou comme avant tout un « effort spirituel contre ses mauvais penchants ». C’est le cas des médiatiques Eric Geoffroy et Malek Chebel. On remerciera le Monde des religions pour avoir fait appel à l’islamologue Marie Thérèse Urvoy dans son numéro de ce mois consacré au jihâd dans le Coran. La vérité est une denrée rare en France sur le sujet. Ici, nous nous contentons de la vérité des textes, sélectionnés par l’Institut du Monde Arabe.vu sur http://www.islamisation.fr/archive/2007/09/30/un-nouveau-service-de-l-observatoire-de-l-islamisation-le-te.html

Faites savoir à ce fidèle serviteur de l’islam, à ce collallahbo déjà acquis à l’idée de voir la France soumise à la charia qu’il aura à rendre des comptes devant le peuple quand celui-ci aura balayé tous ces soit disant zélites qui nous trahissent à qui mieux mieux.

Observatoire de l’islamisation, septembre 2007.

Commenter cet article

zebuloneuf 19/01/2011 09:18



Dénoncer cest bien et il faut le faire ensuite il faut agir et pour cela aller à cette page et suivre les consignes:


http://sitasecure.wordpress.com/2011/01/13/4074/