Ministres cigales : mais où est passé le fric ?

Publié le par Moi

Ministres cigales : mais où est passé le fric ?

 

Lorsque le site du gouvernement a publié lundi les

déclarations de patrimoine

de nos ministres, je m’attendais, comme beaucoup de Français, à être choqué par leur richesse.

Et non, finalement c’est leur pauvreté qui m’a choqué. Ce qui pose encore plus de questions au conseiller en gestion de patrimoine que je suis.

 

 

Une bonne gestion de ses revenus, surtout quand ils sont conséquents comme

ceux d’un député

par exemple, doit permettre d’épargner un minimum.

Sur les 38 membres du gouvernement, un grand nombre d’entre eux étaient auparavant députés, un CDD rémunéré 5.148 euros net (jusqu’à 7.200 euros

pour les cumulards

), soit bien plus que le salaire moyen du cadre qui

s’établit

à 3 950 euros par mois.

 

Mes sources d’étonnement sont nombreuses :

1

Si peu de contrats d’assurance-vie

Le placement préféré des Français, pourtant

Je m’étonne de voir au gouvernement si peu de contrats d’assurance-vie, supposé être le «placement préféré des Français», et dont l’encours s’élève à 1.405,5 milliards d’euros, (soit plus de 20.000 euros par habitant).

Alors que la plupart des placements ont vu leur fiscalité augmenter pour les contribuables dont la tranche moyenne d’imposition est d’au moins 30%, ce qui est leur cas, nos ministres montrent qu’ils ont moins de jugeote que la plupart des Français.

N’importe qui ayant leur niveau de revenus cherche naturellement, de mon point de vue, à optimiser la gestion de son patrimoine, ne serait-ce que pour en laisser à ses enfants ou pour préparer sa retraite. Nos ministres ne semblent pas capables, au vu de leurs déclarations de patrimoine, de prévoir l’avenir.

Les contrats d’assurance-vie permettent de profiter de dispositifs fiscaux avantageux. Rien à voir avec des comptes cachés en Suisse.

La loi autorise une franchise sur les droits de succession des contrats d’assurance-vie. C’est une possibilité parmi d’autres de défiscaliser légalement, comme la loi Scellier avec les investissements immobiliers, ou les contrats Madelin pour les travailleurs non salariés. Qu’y a-t-il de mal à en profiter quand on a de hauts revenus ?

Décidément, non, les ministres ne ressemblent pas aux Français !

 

Mais que fait Delphine Batho de son fric ?

Je prends l’exemple de

Delphine Batho

parce que c’est celui qui m’a le plus frappé, et que nous avons à peu près le même âge :

Elue députée en 2007, elle a touché chaque mois 7.100 euros brut (plus 5.570 euros brut d’indemnités de représentation), soit 760.200 euros sur un mandat plein.

Ministre depuis mai 2012, elle gagne 9.940 euros brut par mois. Or, elle ne déclare, pour tout patrimoine, que 16.000 euros de liquidités, soit un peu plus d’un mois et demi de salaire.

Mais où est passé le fric ?

 

Un ministre du budget endetté

Quand je vois que le ministre en charge du Budget,

Bernard Cazeneuve

, n’a que des dettes et ne possède pas le moindre bien immobilier, je m’interroge.

Le patron de Bercy,

Pierre Moscovici

, n’a réussi qu’à s’acheter un appartement à Montbéliard et à mettre de côté 38.000 euros, alors qu’il est conseiller-maître à la Cour des comptes et qu’il n’a pas d’enfants.

Quant à

Christiane Taubira

, qui déclare des vélos à 200 euros, c’est risible. Et pourquoi pas une pirogue en Guyane, aussi ?

 

Arnaud Montebourg casse les prix du m² à Paris

Arnaud Montebourg

[PDF], avocat et député depuis 1997, n’a pas 20.000 euros de liquidités devant lui.

Quand on lui a fait remarquer qu’il avait deux Livrets développement durable, il a immédiatement

régularisé la situation

, mais sa sous-déclaration immobilière passe inaperçue.

Mais, plus grave, personne ne s’étonne qu’il estime à 890.000 euros un appartement de 133m² dans le IIe arrondissement de Paris... Or, il suffit de faire le calcul pour s’apercevoir que 6.700 euros/m² ne correspond pas vraiment à la réalité immobilière parisienne.

S’il l’estimait au prix du marché, son appartement, plus de 1,1 million d’euros, ajouté à ses autres propriétés, pourrait lui valoir de payer l’ISF.

Mais selon sa déclaration il n’est propriétaire qu’à 40% de cet appartement.

 

 

Aucun n’investit dans les entreprises françaises

 

Des gens comme ça, je n’en voudrais pas comme clients

A âge équivalent, un cadre supérieur a réussi à accumuler plus de patrimoine que Manuel Valls ou Vincent Peillon...

Bref, des gens comme ça, je vous le dis, je n’en voudrais même pas comme clients.

Face à de telles déclarations, je ne peux que m’interroger :

soit ils ont minoré leur patrimoine à dessein,

soit ils entretiennent des « danseuses ».

Hormis Fabius et Delaunay, aucun ne soutien la croissance en investissant dans les entreprises françaises à travers les actions alors qu’ils l’appellent de leurs vœux (pieux).

Ils dépensent si peu et n’ont rien

 

Ces gens, qui pendant des années ont cumulé les innombrables avantages en nature liés à la fonction et les frais de fonction, bref, qui n’avaient pratiquement rien à dépenser au quotidien, ont fait moins bien que le Français moyen.

On pourrait supposer qu’ils se sont organisés pour faire des donations en pleine propriété à leurs enfants, et celles-ci n’étant pas répertoriées, cela explique la sous-déclaration. Mais ce n’est pas une raison valable, car comment auraient-ils pu donner pour se retrouver avec si peu au bout du compte ? Delaunay aurait pu (dû) le faire, mais elle n’a pas d’enfants.

 

Je trouverais cela triste, si ce n’était inquiétant, qu’une Delphine Batho, qui n’a pas de profession à déclarer (elle n’a jamais fait que de la politique) se retrouve SDF à la fin de son CDD.

Commenter cet article