Mobilisation : Lettre à l'intention de Mme Michèle Alliot-Marie, Garde des sceaux

A l’intention de Madame Michèle Alliot-Marie Garde des Sceaux

Madame la Ministre,

Il est inacceptable de voir, dans notre pays qui se veut civilisé, se multiplier les actes de maltraitance et de cruauté sur les animaux (battus, abandonnés dans des conditions sordides, mal nourris, sacrifiés, martyrisés jusqu'à la mort) et de constater des décisions aussi clémentes, à l'égard des tortionnaires, prononcées par les Tribunaux.

Cette indulgence, face à la maltraitance animale, est donc la porte ouverte à la récidive. Les peines de prison avec sursis, les amendes et l'interdiction de détenir un animal à vie ne pouvant, vous en conviendrez, avoir un effet réellement dissuasif. Les Articles 521-1 et R 654-1 du Code Pénal ne sont que "pichenettes" indolores en réponse à la cruauté de ces bourreaux.

Nous vous prions, madame la Ministre, de réactualiser ces lois afin que les sanctions soient plus sévères et qu'elles découragent et sanctionnent très sévèrement les auteurs de maltraitance. La prison doit être le minimum de sanction pour des actes de barbarie commis sur des animaux.

Nous vous rappelons quelques faits récents parmi tant d’autres :
-MAMBO brûlé vif par des désœuvrés
-BLACK, parce qu'il n'avait pas de nez, enfermé pendant trois ans dans un réduit sans en sortir, pratiquement sans manger et boire, hurlant les jours qui ont précédé sa mort (le Martyr de Ponthoile dans la Somme)
-ROCCO (3 ans) battu à mort ( les pattes arrières sectionnées à coup de pelle - défaut de nourriture - il est mort au moment où quelqu'un arrivait pour lui porter secours.
-DOUMIA , battue avec de multiples fractures , un œdème au niveau du cou, etc…
et il y en a hélas beaucoup d'autres, beaucoup trop.

Pour l’animal, nous vous demandons de réactualiser les articles concernés du Code Pénal afin que les peines soient plus sévères et fassent réfléchir jusqu'à les décourager les auteurs de maltraitance. La prison ferme doit être la condamnation première pour les actes de cruauté. Nous réclamons un statut à part entière pour l'animal et des structures autonomes spécifiques à la condition et à la protection animale. Nous réclamons un Ministère de la condition et de la protection animale.

A propos du sujet qui nous préoccupe aujourd’hui, voir les photos sur le site : http://www.facebook.com/l/48c05;refugesarrebourg.kikooforum.com/nos-actions-et-interventions-f4/horreur-dans-un-etang-t66.htm , il s’agit d'un pauvre chien qui n'avait plus sa place au sein de la famille, il était bien entendu inutile de venir au Refuge qui se trouve à peine à 10 kilomètres, il valait mieux le ligoter, lui mettre du scotch autour de sa gueule, un sac poubelle sur la tête et le jeter dans un étang en le laissant agoniser sans pouvoir se débattre ni même hurler toute sa douleur.
Il a été noyé, une mort horrible, encore une fois une macabre découverte pour le Refuge de Sarrebourg. Le chien étant « pucé », le propriétaire a été retrouvé par la Gendarmerie. Une plainte a été déposée par la SPA de Sarrebourg.

Que vous dire de plus madame la Ministre, les photos parlent d'elles-mêmes si vous allez sur le site. Donc propriétaire retrouvé, auditionné et convoqué au Tribunal pour le mois de Juin 2010, maintenant nous attendons de connaître le jugement que nous espérons réellement sévère.

En regardant ces images madame la Ministre, vous ne pouvez, par votre silence, cautionner cette violence sur les êtres sans défense, fermer les yeux sur la non-application des lois les protégeant et prétendre incarner dans la sérénité une Humanité évoluée.

Le fait qu'il n'existe aucune catégorie "condition et protection animale", aucune structure autonome spécifique ni au niveau européen, ni au niveau national, entretient dans la conscience de l'homme l'image de l'animal exploitable à volonté. La notion d'animal "être sensible" nous semble de ce seul fait détournée de son but premier : le respect.
« On reconnaît la grandeur et la valeur d'une nation à la façon dont celle-ci traite ses animaux. » (Gandhi)

Comptant avec détermination sur votre réactivité pour que le bien-être des animaux soit enfin respecté,

Nous vous prions de croire, madame la Ministre, en l'assurance de notre profond respect.

 

http://www.facebook.com/l/48c05;www.annuaires.justice.gouv.fr/inc_alias/contact.php?contact=annuaires